Exposition À venir

Éric Monbel

15 sept > 03 nov 18
Vernissage le vendredi 14 septembre 2018
à partir de 18h30 + repas after à partir de 21h (réservation sur place).
Éric MonbelÉric MonbelÉric MonbelÉric Monbel
PAS DE GUERRE SANS BLESSÉS

La peinture d’Éric Monbel révèle une véritable fascination pour la guerre, et plus précisément pour les deux guerres mondiales, pour autant qu’elles se sont déroulées sur notre sol et qu’elles nous restent suffisamment proches pour que nous en gardions des stigmates très marqués. Ces guerres nous touchent encore, ne serait-ce que dans une mémoire vive, et c’est manifestement ce qui intéresse le peintre, en fait personnellement pris dans cette mémoire en raison de son histoire familiale. La fascination pour la guerre recèle d’ordinaire un goût morbide pour la violence qui s’y déchaîne sans frein, pour le sang qu’elle fait couler à flots, et pour la mort qu’elle dispense sans compter. Rien de tout cela chez Éric Monbel, ses brancards l’attestent lumineusement. Ce sont certes des brancards militaires, ils s’inscrivent en conséquence dans le contexte de la guerre dont ils éveillent inévitablement le spectre, mais paradoxalement pour se référer au secours, aux soins, à la sollicitude, et non pas au cortège d’atrocités auquel on songe immédiatement dès lors que la guerre est évoquée.
Les brancards d’Éric Monbel nous rappellent ainsi cette évidence pourtant souvent occultée : il n’y a pas de guerre sans blessés, et par suite sans leur prise en charge par des camarades qui leur portent secours parfois au péril de leur vie ; les tueurs (à l’égard de l’ennemi) sont également pleins de sollicitude, d’humanité voire de tendresse (à l’égard des compagnons d’arme). La guerre, paradoxalement, ne révèle pas seulement l’atroce violence des hommes dressés les uns contre les autres, mais tout aussi bien leur profonde humanité qui trouve là, assurément, matière à s’exercer. Bichat définissait la vie comme ''l’ensemble
des fonctions qui résistent à la mort(1)''. Les brancardiers, au sein même de l’enfer de la guerre, sont incontestablement au service de la vie, ce sont des forces de vie. Leur fonction est bel et bien de résister à la mort, de tenter d’arracher les blessés des griffes d’une mort sinon inévitable, dans des conditions d’ailleurs le plus souvent atroces (la souffrance, la solitude, l’angoisse). (...)

Extrait de ''Les Brancards d'Éric Monbel : 
la vérité en peinture'' de Gilles Lévêque, 2017


(1) Xavier Bichat, Recherches physiologiques sur la vie et la mort, 1800, 1ère partie, article 1er.
 
Beb-deum
Exposition 08/12/2018

Beb-deum

Les œuvres de Beb‐deum sont reconnaissables au premier coup d’œil. Dans l’espace de la presse et de l’édition, ... VOIR
(AN)SUITE #5
Exposition 10/11/2018

(AN)SUITE #5

Pour cette nouvelle édition, Lasécu présente une sélection de jeunes artistes issue des Prix des Amis des Beaux-Arts ... VOIR
Alain Martinez
Exposition 07/07/2018

Alain Martinez

Alain Martinez est un artiste cubain qui réside à Cienfuegos, une petite ville de province en apparence endormie. Passé la premi&... VOIR
François Daumerie
Exposition 19/05/2018

François Daumerie

Japon : reflets d'un monde flottant.  "Le monde flottant", dans la tradition bouddhique véhicule des thèmes graves et... VOIR
Voir toutes les expositions