Exposition En ce moment

Éva Bergera

10 nov > 01 déc 18
Vernissage le vendredi 9 novembre 2018
à partir de 18 h30 + repas after à partir de 20h30 (réservation sur place).
Éva BergeraÉva BergeraÉva BergeraÉva Bergera
En 2014, pour le premier (An)suite, nous vous présentions 9 artistes sélectionnés au Salon de Montrouge.
Parmi eux, une jeune artiste Éva Bergera, voulut nous traduire à travers son médium la peinture, les dégâts liés à la quête artificielle d’une jeunesse éternelle. Par ces visages ravagés, elle nous interroge sur le beau dans notre société. Les mots indissociables de sa peinture reflètent des propos dégradants à l’encontre de ces femmes. 
Pour cette 5e édition, il nous a paru intéressant de présenter le cheminement artistique du travail d’Eva à travers la peinture, la photographie et l’installation.
Valérie Boubert
Commissaire d’exposition
 
Cette jeune artiste assume une peinture engagée sur les femmes et en particulier l’identité féminine. Éva Bergera se réfère à la littérature féministe d’Annie Ernaux et de Virginie Despente. Elle traite ses sujets et ses toiles comme ces femmes traitent leurs corps, les malmène et les délave, jusqu’à les gratter avec des lingettes désinfectantes. Ses toiles associent des textes et s’identifient par leur titre même.
extrait de Biographie
www.eva-bergera.com
 
Éva Bergera, peintre, vit et travaille en région parisienne.
La soumission mutile les femmes et Éva Bergera enrage. Cette rage n’est pas une posture dans l’air du temps, cette rage Éva la porte en elle et l’a nourrie de philosophie et de littérature sur la domination par l’ordre social. L’artiste en fait le récit par une œuvre combattante dont elle fourbit l’écriture en conjuguant poésie, peinture et violence faite à la toile.
Provoc, Éva Bergera traite son sujet sans détour. Soumission au dictat du rester-jeune des trois Vielles belles bousillées par la chirurgie esthétique. Perte de soi-même par soumission amoureuse et trop de sexe de ‘‘Ordinary love’’. Atrophie des fantasmes par l’abondance pornographique racontée dans Le plus beau, ‘‘le plus tendre’’, ‘‘mon héros’’. Vidéo sur l’incertitude identitaire transsexuelle. Soumission au catéchisme de l’extase dans la série ‘‘Les corps glorieux’’.
Les mots posés sur la toile créent une trame poétique, puis vient la peinture qui bouffit les dégâts subits par les corps et par les esprits. A l’instar de leur sujet, la femme sous le joug de la domination sociale, les toiles elles-mêmes subissent la violence, Éva les malmène, les délave, les gratte, à l’aide de lingettes désinfectantes, de white spirit et autres solvants.
L’œuvre d’Éva Bergera semble balancer entre procédé littéraire et plasticien. ‘‘Je me sens beaucoup plus proche de la démarche des philosophes, écrivains, littéraires et de leur méthode que de celle d’artistes plasticiens’’ nous dit Éva, mettant ainsi la peinture au rang des accessoires à la disposition de ceux qui veulent, par l’énoncé de leur conscience, faire bouger les lignes.
Louis-Laurent Brétillard
 

TÉLÉCHARGER 

> le dossier de presse
 

CONTACTS :

Elsa Hanot
03 20 47 05 38
contact@lasecu.org
 

OUVERTURE :

MERCREDI, JEUDI DE 14H À 18H
ET VENDREDI, SAMEDI DE 14H À 19H

Sylvain Dubrunfaut
Exposition 23/02/2019

Sylvain Dubrunfaut

La peinture de Sylvain Dubrunfaut est faite de visages, de regards. Épris du portrait, il rend hommage à l’individu dans chacun de... VOIR
Beb-deum
Exposition 08/12/2018

Beb-deum

Les œuvres de Beb‐deum sont reconnaissables au premier coup d’œil. Dans l’espace de la presse et de l’édition, ... VOIR
Éric Monbel
Exposition 15/09/2018

Éric Monbel

PAS DE GUERRE SANS BLESSÉS La peinture d’Éric Monbel révèle une véritable fascination pour la guerre, et plus... VOIR
Alain Martinez
Exposition 07/07/2018

Alain Martinez

Alain Martinez est un artiste cubain qui réside à Cienfuegos, une petite ville de province en apparence endormie. Passé la premi&... VOIR
Voir toutes les expositions